Kino Killer

(long métrage de fiction - en développement )



Scénario & Réalisation : Guillaume Foresti

Kino Killer est à la fois un film fantastique d’épouvante et une déclaration d’amour au cinéma en pellicule, aux salles de quartier, à cet univers désormais quasiment révolu.

Ce récit fantastique établit un pont entre le cinéma argentique et le monde du numérique aujourd’hui majoritaire. Le récit se déroule dans un vieux cinéma de quartier, fauteuils de feutre rouge, ouvreuse, et projection en pellicule. Ce lieu coincé dans le passé, mystérieux, en décalage, que personne ne remarque depuis l’extérieur, et que l’on ne considère que lorsqu’on y pénètre, exerce un subtil pouvoir d’attraction et d’hypnose sur les gens qui passent ‘par hasard’ dans la ruelle où il se situe. Les gens y rentrent, par l’entremise d’affiches alléchantes, de promesses de sensations uniques, et d’une caissière aguicheuse semblant sortie d’un autre siècle. Une fois installés, les spectateurs seront alors pris dans un piège dont ils ne sortiront pas vivants. Ils vont malgré eux pénétrer dans le film projeté, et inversement. La projection maléfique envahira la salle de cinéma. Mise en abyme, hommage au cinéma des origines, expression totale de la puissance suggestive du cinéma, Kino Killer est tout ça à la fois, ainsi qu’un véritable film de genre.